BishopBenjaminBoni_2015

MESSAGE BIBLIQUE DU NOUVEL AN 2014

MARDI 31 DECEMBRE 2013, TEMPLE DU JUBILE DE COCODY

Texte : Ecclésiaste 3 :1-15

Thème : « TEMPS POUR L’HOMME, TEMPS DE DIEU »

Texte de méditation : « Il y a un temps pour tout, un temps pour toutes choses sous les cieux ». (Eccl. 3 :1).

Un mari qui aime souvent dire à sa femme : « avec moi tout est clair car je suis un homme de principe », se trouve ravi devant cette parole de l’Ecclésiaste «il y’a un temps pour tout ».La raison ? En plus de son épouse, il en a bien d’autres au dehors. Et comme elle lui reproche son infidélité, l’idée lui vient, en découvrant ce texte de placarder sur la porte de leur chambre le verset 5b « il y a un temps pour s’embrasser et un temps pour s’éloigner des embrassades ».A la vue de cet écriteau, sa femme laisse sa réaction en dessous avec ces mots « s’il y a un temps où éloigné de Dieu, l’homme faiblit, vient le temps où avec la parole de Dieu, il se reconnait pécheur et change de vie ». Je ne vous raconte pas la suite.Il y a un temps pour tout, un temps pour toutes choses sous les cieux Eccl 3, 1 duquel se dégage le thème du message que je vous propose : « TEMPS POUR L’HOMME, TEMPS DE DIEU ». Deux points d’articulation :

  • Contexte, notes biographiques sur la vie du roi Salomon

CONTEXTE, NOTES BIOGRAPHIQUES SUR LA VIE DU ROI SALOMON

Le mot ecclésiaste dérivé du grec, désigne celui qui siège dans une assemblée ou église et y prend la parole. Le livre qui porte ce nom a pour auteur le roi Salomon, fils du roi David. Salomon connaît un règne de paix parce que par la grâce de Dieu, son père a soumis de son vivant les royaumes environnants. A l’âge de 20 ans, Salomon devient donc le 3ème roi d’Israël (970-931 av. JC soit 40 ans de règne).Ecoutez le décret de Dieu à l’égard du jeune roi à Gabaon où il s’est rendu pour sacrifier à l’Eternel : « puisque tu ne demandes pour toi ni longue vie, ni richesses, ni la mort de tes ennemis et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice, voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai en outre ce que tu n’as pas demandé…des richesses et de la gloire, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et on n’en verra personne de semblable à toi »(1 Rois 3, 11-13).Les livres des Rois, les livres des Chroniques et l’Ecclésiaste fournissent les détails de la sagesse de Salomon, son esprit d’entreprise et ses richesses,son rayonnement et l’étendue de sa gloire.Mais hélas, la conscience affadie par cette gloire, Salomon va s’éloigner de la voie de Dieu pour se perdre progressivement dans les décades de la bonne chair, de la vie facile, dans l’insouciance et l’idolâtrie ou mélange religieux ; sans oublier son harem de 700 épouses dont beaucoup lui sont livrées à travers des pactes politiques et 300 concubines. Qui dit mieux ? Il faut plutôt dire « qui dit pire ? ». Enfin le luxe va le contraindre à lever de lourds impôts, sources de profonds mécontentements au sein du peuple. Quelle tristesse pour ce roi entreprenant dont l’ardeur au travail a été saluée dans tout le bassin de la méditerranée, l’Afrique de l’Est et tout le Moyen-Orient jusqu’aux indes ! Quelle tristesse par rapport à ce roi dont l’ardeur au travail a valeur d’exemple pour tous les pays pauvres ou appauvris qui aspirent à la croissance économique et à leur développement intégré et durable ! Le sérieux au travail, nos parents n’en faisaient-ils pas un trait d’éducation quotidienne : « Le matin, l’homme sort de la maison, c’est pour aller au travail. Le soir, il rentre à la maison, il rentre du travail ».Mais le problème de Salomon c’est qu’il avait oublié Dieu qui l’en avait pourtant averti (1 Rois 3, 14).

LE TEMPS, UNE GRACE DIVINE QUI PREND FORME DANS LE TEMPS PRESENT POUR L’AVENIR.

Un Institut des statistiques d’un pays dont je tais le nom a voulu connaître le temps que consacrent les citoyens de ce pays à dormir, à se raser, à s’habiller, à manger, à travailler, à se moucher, à bailler… Les résultats, je ne les ai pas mais ma question est la suivante : et Dieu dans tout cela ? N’y a-t-il pas là le même problème que Salomon ? Fort heureusement, Salomon qui se trouve au bout du rouleau se ressaisit, par la grâce prévenante de Dieu :« Je résolus en mon cœur de livrer ma chair au vin, tandis que mon cœur me conduirait avec sagesse et de m’attacher à la folie jusqu’à ce que je visse, témoigne Salomon, ce qu’il est bon pour les fils de l’homme de faire sous les cieux pendant le nombre des jours de leur vie. »Ecc 2,3.Prenant donc conscience de la vanité de l’existence humaine sans Dieu, Salomon nous fait savoir, singulièrement dans le livre des Proverbes et l’Ecclésiaste dont le texte du jour, que nous pouvons nous et devons nousadonner dans ce monde à des occupations valables (Ecc 3,2) marquées du sceau de la conscience, du sceau de la responsabilité. C’est là que le monde se révèle à nous comme étant le reflet de la souveraineté, de la sagesse, de l’amour et de la justice de Dieu. Et sa beauté et la joie légitime qu’il nous procure ne nous apparaissent plus comme une fin en soi.Il importe donc de comprendre que la foi est cette présence divine qui nous permet de discerner derrière la Nature quelque chose de plus divin qu’elle, affirme l’écrivain Macneile DIXON. La foi, assurance totale en Dieu, nous conduit toujours à prendre les événements non au premier mais au second degré pour y découvrir la volonté de Celui qui est Dieu. « Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies » dit l’Eternel, le Maître des temps et des circonstances. Es 55, 9. Mais ses voies, il les révèle aux humbles, ceux qui selon le philosophe et physicien Blaise Pascalsavent déménager laissant Dieu le créateur à la place qui est la sienne, c’est-à-dire au centre du monde. Le problème de l’homme aujourd’hui, c’est que confronté d’une part à une frénésie, à une vie de vitesse faite d’événement qui se produisent et se succèdent à un rythme effréné et d’autre part à un désert de tentations pour des satisfactions de toutes natures – en réalité des citernes crevassées – n’a pas le temps dit-il de vivre intimement avec Dieu dont la vie fait vivre.Alors, lorsque survient la moindre épreuve, tout semble s’écrouler autour de lui. Non, l’être humain, aujourd’hui plus que hier n’aime pas réfléchir sur sa propre vie.Non, il n’aime pas se former aux valeurs fondamentales de la vie qui ne se conçoit jamais sans Dieu, sans le prochain ou la communauté et par rapport à lui-même. Cela semble une perte de temps. Puisque tout se mesure, s’évalue, s’apprécie de nos jours en terme de pouvoir, en terme de jouissance, en terme de possession,en terme de matériel, en terme de gain, quitte à emprunter les raccourcis, quitte à corrompre ou à se laisser corrompre, quitte à détourner, quitte à détruire!« La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse » affirme Salomon (Prov 1,7) ; et le Seigneur Jésus de préciser :« Je suis l’arbre et vous, les branches. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire ». (Jean 15,5). Autrement dit, rien faire qui promeuve la vie.

Dieu, confessé comme étant au-dessus de nous, Dieu vivant en nous et avec nous dans le Saint-Esprit par Jésus-Christ, nous ne dirons jamais j’ai de la chance devant un événement heureux ou c’est de la malchance dans le cas contraire. La vie créée et offerte aux hommes ne relève pas du hasard. Conduits par la foi, nous dirons toujours même dans l’épreuve : tout est grâce.Voici pour nous le témoignage d’un enfant de Dieu dont la foi, longuement et profondément bousculée par les épreuves de son temps nous sert d’exemple : l’Apôtre Paul : « …J’ai l’assurance que ni la mort, ni la vie ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » Rom 8, 38-39.C’est lui le Seigneur qui éclairant la vie lui fait discerner les moments et les actes de circonstance à poser.Encore faut-il vivre notre temps en nous projetant dans l’avenir. En effet, le temps dans la plupart des cultures du monde est cyclique puisque lié aux saisons qui disons-nous vont et reviennent au rythme de la rotation de la terre sur elle-même et autour du soleil. Ainsi chaque 31 décembre de l’année en cours nous attendons l’avènement d’une année nouvelle. C’est une réalité.

Mais nous en tenir à ce seul aspect pour croire par exemple en ce qui concerne la destinée de l’homme qu’il est soumis à des réincarnations, la Bible dit non. « Il est réservé aux hommes de mourir une fois après quoi vient le jugement » (Héb 9,27).Le temps divisé en ères, époques… siècles… jusqu’aux plus petites subdivisions revêt une autre dimension, la dimension linéaire. Depuis l’époque de l’Eden où l’homme a péché jusqu’à la venue de Jésusdans le monde, ce temps est appelé temps de péché. Depuis le sacrifice de Jésus à la croix de Golgotha jusqu’au retour prochain de Jésus pour le jugement, ce tronçon de l’histoire de l’humanité est appelé le temps de la Grâce de Dieu, cette grâce qu’il faut saisir maintenant, frères et sœurs, amis proches ou lointains qui partagez ce culte de longue veille avec moi. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. » dit Jésus (Jean 3,16.Ainsi le temps est tension vers. Oui le monde tend vers un but fixé par Dieu lui-même dont le dessein est que tous nous entrions dans l’éternité du Royaume devant laquelle l’histoire ou le temps s’effacera. J’espère que je ne déçois personne en disant que le plus important n’est pas d’avoir une nouvelle année, mais d’entrer dans l’éternité de Dieu. Cependant, le temps que Dieu nous donne sur terre doit être mis à profit pour les actes appropriés, pour des actes utiles dans nos familles, dans nos services, dans nos communautés religieuses comme au sein de notre nation.En tous ces milieux, 2014 devrait être là où il y a nécessité l’année de la réconciliation. C’est une interpellation pour nous tous, autorités politiques, administratives, militaires, religieuses, coutumières et voix décisives du monde. En face d’une Côte d’Ivoire au tissu social déchiré.Il y a un temps pour tout, pas pour nos intérêts personnels, égoïstes comme pour le maridont j’ai, en introduction rapporté les propos et le comportement, mais un temps venant de Dieu pour le glorifier par des comportements et actes responsables pour les autres et nous-mêmes. Temps pour l’homme, temps de Dieu.

Bonne et heureuse année 2014 dans les abondantes bénédictions de Dieu!En avant avec Jésus-Christ ! Amen !

Bishop Benjamin BONI

  • Le temps, une grâce divine qui prend forme dans le temps présent pour l’avenir.

 

Contactez le Bishop:

 

Votre Nom (required)

Votre Email (required)

Objet

Votre Message