Le Lectionnaire

    Le Lectionnaire 2014

    EGLISE METHODISTE UNIE COTE D’IVOIRE

    Lectionnaire 2014

     

    En cette année 2014, année du Centenaire de l’Eglise Méthodiste Unie-Côte d’Ivoire, nous prêchons les Actes des Apôtres, comme pour revisiter et suivre les traces de nos devanciers dans la foi. Le livre des Actes des Apôtres est le complément de l’Evangile selon Luc, du même auteur, adressé à « Théophile » (1:1). Cette personnalité est tellement chère à Luc qu’il a cru bon de compléter l’Evangile par l’œuvre des Apôtres, au tout début de l’Eglise, dans le but de le persuader et le gagner à Jésus-Christ. Sans minimiser l’origine de son destinataire et l’objectif à atteindre, il met davantage indirectement l’accent sur la conversion des païens d’une manière générale (ch. 15), ceux de renom comme l’Eunuque Ethiopien (8 :26-40), Corneille (ch. 10 et 11), Lydie (16:11-15), Crispus (18:1-11), etc.

    Médecin de son état, ayant tenu compagnie à l’Apôtre Paul dans bien de ses voyages missionnaires (Col. 4:14 ; 2 Tim. 4:11, Phm. 24), Luc peut mieux que quiconque, par une sorte de carnet de route, raconter les progrès de l’Evangile, suivant les étapes prévues, sur prophétie du Seigneur Jésus lui-même en 1 : 8. Ainsi, les Actes des Apôtres apparaissent comme un livre d’histoire de l’Eglise naissante. Il nous révèle comment, malgré les écueils de tout genre, la puissance de l’Evangile, par le Saint-Esprit agissant, est sorti de Jérusalem, de la Judée (ch. 2 à 7) pour conquérir la Samarie (ch. 8), « jusqu’aux extrémités de la terre » dont la porte d’entrée fut Corneille (ch. 10 à 20).

    Si on peut dire des Actes des Apôtres qu’il est un livre de témoignage, d’action, on peut surtout retenir qu’il est le livre des hostilités où la vérité en Jésus-Christ ressuscité est toujours aux prises avec le mensonge, l’erreur, la perversité, l’adversité, l’amour aux prises avec la haine, la justice aux prises avec l’injustice. Mais dans tout cela, le triomphe est à Jésus-Christ, Sauveur du monde.

    Prédicateurs de l’année 2014, privilégiés de la grâce et porte-voix de l’Eglise Méthodiste Unie-Côte d’Ivoire Centenaire, que nous faut-il de plus, assurés que nous sommes de la puissance de l’Esprit de Pentecôte des temps anciens et des temps nouveaux, pour continuer de brûler du zèle de l’Evangile, pour prêcher et dire partout qu’ « il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (4:12).

    A tous les Méthodistes Ivoiriens, heureux Centenaire ! Honneur et louange à notre Dieu, d’âge en âge ! Hommage à tous les Prédicateurs, de génération en génération !

    Avec tous nos vœux de fidélité à la prédication de la Parole de Dieu !

    Imprimé en Côte d’Ivoire, Première impression, Décembre 2013. Tous droits de reproduction réservés.
    Copyright © Editieons Kanien, Eglise Méthodiste Unie - Côte d’Ivoire, 41, Bd de la République, 01 B.P. 1282 Abidjan 01
    ISBN 979-10-90769-08-3

     

    Lire la suite

    Le Lectionnaire 2015

    EGLISE METHODISTE UNIE COTE D’IVOIRE

    Lectionnaire 2015

    En cette année 2015, l’an un (1) du deuxième Centenaire du Méthodisme en Côte d’Ivoire, nous prêchons 1, 2, 3 Jean (Epîtres Johanniques), appuyées ou relayées quelquefois par l’Evangile selon Jean.
    Jean, "le disciple bien-aimé" (Jn.19:26 ; 21:7,20), qui a survécu aux Apôtres, a vu venir les sectes aussi inquiétantes que pernicieuses qui ont commencé à miner les communautés de l’Asie Mineure au point de compromettre la pureté de la foi. Ses adversaires sont ceux qui, pour lui, sont des "antéchrists" (1 Jn. 2:18,22 ; 4:3 ; 2 Jn. 7), les "faux prophètes" (1 Jn. 4:1), les "menteurs" (1 Jn. 2:22), les "séducteurs" (2 Jn. 7), qui sont "du monde" (1 Jn. 4:5) et guidés par "l’esprit de l’erreur" (1 Jn. 4:6). Jadis membres de la communauté (1 Jn. 2:19 ; cf. 2 Jn. 9), ils influencent ceux qui sont restés fidèles (1 Jn. 2:26 ; 3:7) par une doctrine qui n’est pas celle du Christ (2 Jn. 10). Par leurs enseignements mystiques de type gnostique, ils prétendent connaître Dieu (1 Jn. 2:4), voir Dieu (1 Jn. 3:6 ; 3 Jn. 11), être dans la lumière (1 Jn. 2:9) alors qu’ils refusent de voir en Jésus le Christ ou le Messie (1 Jn. 2:22) et le Fils de Dieu (1 Jn. 4:15 ; 2 Jn. 7) rejetant ainsi l’Incarnation (1 Jn. 4:2 ; 2 Jn. 7) et séparant le Jésus historique du Fils de Dieu, niant que celui-ci soit venu réellement par l’eau et le sang (1 Jn. 4:3 ; 5 :6 ; cf. Jn. 19:34), c’est-à-dire qu’il ait souffert et soit mort sur la croix. Ils prétendent être sans péché (1 Jn. 1:8,10) mais ne se soucient cependant pas de garder les commandements du Seigneur (1 Jn. 2:4), en particulier celui de l’amour fraternel (1 Jn. 2:9). Leur spiritualité outrancière les a ainsi détournés de la simplicité à l’égard de Christ (2 Cor.11:3) et les a éloignés des fondamentaux de la foi chrétienne : l’Amour, l’amour pour Dieu et l’amour pour le prochain, car « Dieu est amour » (1 Jn. 4:8,16).

    Sur un ton d’avertissement chargé d’affection s’adressant aux chrétiens pris collectivement avec les expressions "bien-aimés" (2:7 ; 3:2,21 ; 4:1,7,11), "petits enfants" (1 Jn 2:12,18 ; 3:7,18 ; 4:4 ; 5:21) comme individuellement tels que "l’élue Kyria et ses enfants" (2 Jn. 1,5), le bien-aimé Gaïus (3 Jn. 1), Diotrèphe (3 Jn. 9) et Démétrius (3 Jn. 12), Jean s’attache à démontrer que Dieu est lumière (1 Jn.1:5) et amour (1 Jn. 4:8,16), que toute son action s’explique par son amour pour nous (1 Jn. 4:9-10). Le "connaître" (verbe employé 25 fois dans 1 Jean, 1 fois dans 2 Jean), c’est pratiquer la justice (1 Jn. 2:29), la vérité (1 Jn. 3:19), l’amour (1 Jn. 4:7-8). "Demeurer" (verbe employé 26 fois dans 1 Jean, 3 fois dans 2 Jean) en lui et le confesser comme venu en chair, c’est marcher dans la lumière (1 Jn. 2:10), l’amour (1 Jn. 3:17 ; 4:12) et connaître le Père et le Fils. En effet, le Christ, le Fils unique, un avec le Père (1 Jn. 1 :2-3 ; 2 :23) s’est incarné (1Jn. 1:2 ; 4:2) pour détruire les œuvres du diable (1 Jn. 3:8). Il a expié nos péchés (1 Jn. 1 :7 ; 2 :2 ;3 :5 ;4 :10) qui peuvent à présent nous être pardonnés (1 Jn. 1 :7-9 ; 2 :12) si nous croyons en lui (1 Jn. 4 :14-15 ;5 :5,10,13). Il est l’alpha (1 Jn. 1 :2) et l’oméga (1 Jn. 5 :20), il a vaincu le Malin (1 Jn. 3 :8) et nous a transférés dans son royaume, de la mort à la vie
    (1 Jn. 3 :14). A la droite du Père, il est notre avocat (1 Jn. 2:1) et nous rassure quant au jugement (1 Jn. 2:28 ; 4:17).
    Avoir le Fils c’est avoir la Vie (1 Jn. 5:11-12). L’Esprit rend témoignage à la vérité (1 Jn. 4:2 ; 5:7-8) et habite dans le croyant (1 Jn. 3:24 ; 4:13) pour le garder du monde, c’est-à-dire du mal (1 Jn. 2:15-17 ; 3:13 ; 4:5 ; 5:4-5,19). Autant s’éloigner de ceux qui répandent l’erreur par leurs faux enseignements (2 Jn.7-10), approuver ceux qui vivent et marchent dans la vérité et dans l’amour comme Kyria (2 Jn. 1-6), comme Gaïus et Démétrius (3 Jn. 1-8,12) et dénoncer ceux qui se comportent mal dans les communautés comme Diotrèphe (3 Jn. 9-11).

    Prédicateurs de l’année 2015, pionniers du deuxième Centenaire du Méthodisme en Côte d’Ivoire, nous sommes invités à rappeler à l’Eglise ses bases doctrinales fondamentales christocentriques que la spiritualité outrancière et désincarnée nous fait souvent négliger ou ignorer, à prêcher l’Amour dont Dieu nous a aimés en Jésus-Christ, pour que nous aimions les uns les autres, à consolider ainsi l’Amour Fraternel dans les vies familiales et communautaires de notre Eglise désormais Centenaire. C’est un nouveau départ. C’est un recommencement.

    Avec tous nos vœux de fidélité à la prédication de la Parole de Dieu !

     

    Imprimé en Côte d’Ivoire, Première impression, Décembre 2013. Tous droits de reproduction réservés.
    Copyright © Editieons Kanien, Eglise Méthodiste Unie - Côte d’Ivoire, 41, Bd de la République, 01 B.P. 1282 Abidjan 01
    ISBN 979-10-90769-08-3

    Lire la suite

    Le Lectionnaire 2013

    EGLISE METHODISTE UNIE COTE D’IVOIRE

     Lectionnaire 2013

     

     

    En cette année 2013, nous prêchons l’Evangile selon Luc. C’est l’Evangile le plus moderne au
    triple plan de la qualité de l’écrit, de l’auteur et du destinataire. D’abord, le langage de l’Evangile
    (dans un excellent grec) et la structure du texte (avec une bonne chronologie des faits) épousent
    les contours d’une argumentation intellectuelle, somme toute teintée de spiritualité, destinée à
    convaincre. Son auteur, Luc, médecin de profession (Col. 4:14 ; Phm. 24 ; 2 Tim. 4:11), donc un
    haut cadre, un intellectuel est un « compagnon d’oeuvre » de l’apôtre Paul. C’est certainement un
    chrétien d’origine païenne. Son écrit est destiné, à travers le « très excellent Théophile » (1:4), aux
    personnalités des milieux gréco-romains cultivés et influents de l’époque en vue de leur présenter
    en des termes choisis Jésus-Christ, le Sauveur du monde.
    Luc montre le Fils de Dieu comme le Sauveur de toute l’humanité (cf. 2:32; 3:6 ; 4:24-27;
    24:47). Pour lui, le salut n’est pas la chasse-gardée des Juifs. Les païens, sous les traits du bon
    Samaritain (10:25-37), des publicains comme Zachée (19:1-10) et autres (3:12; 5:27-32; 15 :1-2;
    18:9-14; 23:43) peuvent « voler la vedette » aux Juifs repus de leur religion qui n’ont qu’à s’en
    prendre à eux-mêmes lorsque le Père décide de faire accueil à l’enfant prodigue (15:11-32), etc…
    Ce faisant, Luc veut ainsi évangéliser le monde païen et lui montrer que Jésus-Christ est autant
    disposé à accueillir tout le monde, sans acception de personne.
    Le présent Lectionnaire est une adaptation de celui habituellement conçu pour l’usage chaque
    année à la Conférence Annuelle de Côte d’Ivoire. A la faveur de la coopération entre les Eglises
    Méthodistes Unies de l’espace francophone, dans le cadre de la Consultation Méthodiste
    Francophone pour la Formation Théologique, il s’impose à nous de partager notre expérience si
    riche de la pratique du Lectionnaire avec les Eglises soeurs à partir de cette année 2013.
    Avec tous nos voeux de fidélité à la prédication de la Parole de Dieu !

     

    Lire la suite