DISTRICT DE YOPOUGON

Note à l’attention de tous les bureaux du conseil des églises locales

Dans le souci permanent d’améliorer la performance du comité d’organisation de chaque église locale du District de Yopougon, nous avons le plaisir d’inviter les PCO et Adjoints à participer à une formation dans le domaine de l’organisation. Le Samedi 22 sept. 2018 à l’EMU HOREB de Yop. Toits Rouges de 9h00 à 14 heures. Participation : 15 000 F.CFA/église.

Contact : 79 45 99 88.

Le PCO du District Célestin GODJI / Le Surintendant  Très Rév. Past.Esaïe M’YE

NB : Cette note tient lieu de convocation individuelle

EMU Horeb de Yopougon Toits Rouges: Action de grâces des 30 ans d’existence célébrée

C’est par une procession en fanfare dans les artères de Yopougon Toits Rouges qu’a commencé le culte d’actions de grâces à l’Eternel pour les 30 ans d’existence de la communauté méthodiste unie Horeb de Yopougon Toits Rouges. Pour cette célébration, toutes les générations depuis septembre 1988 vêtues du pagne du trentenaire ont effectuées le déplacement. S’appuyant sur le thème de ce trentenaire « Enfants de Dieu ! Oui nous le sommes » tiré de 1 Jean 3 :1, l’orateur du jour le Très Révérend Docteur Marcel Tata GNAGNE, pasteur de la communauté Horeb a exhorté les fidèles à garder à travers parole, actes et oeuvres cette position d’enfants de Dieu que nous avons. Dans leurs différentes i n t e r v e n t i o n s responsables, pasteurs et laïcs (Jules DALLO, Président du Comité de Pilotage, Emmanuel KROU, Président des Laïcs, Esaïe Gnamien M’YE, Surintendant du District de Yopougon) n’ont pas manqué d’exprimer leur reconnaissance à l’Eternel pour ces 30 années de cheminement. Prenant la parole au nom du Bishop Benjamin BONI, le Très Révérend Pasteur Fulgence KOFFI, Inspecteur Général de l’EMUCI a remercié, félicité et encouragé toute la communauté Horeb pour le travail accompli depuis 1988. Les autres temps forts de cette c é r é m o n i e , o n t é t é l e s récompenses et reconnaissance aux pionniers et autres acteurs de cette célébration à travers divers diplômes. 30 ans de cheminement, 30 ans d ‘ e x i s t e n c e , 3 0 a n s d e célébration, les fidèles d’Horeb ont rendus gloire à Dieu. Les festivités marquant le 30ième anniversaire d’existence de la communauté Horeb de Yopougon Toits Rouges prirent fin par un repas fraternel. Fraternellement

SDTH Tite LATHROH

Photos Cocom Horeb

LA LOUANGE DANS L’EGLISE METHODISTE D’HIER A AUJOURD’HUI

Charles Wesley, le Doux Poète du Méthodisme Par Ernest Edwin Ryden (Suite 3 et fin)

Henry Ward Beecher prononça l’un des plus beaux de tous les hommages concernant « Jésus, Amant de mon âme » lorsqu’il disait : « Je voudrais plutôt avoir écrit cet hymne de Wesley qu’avoir la renommée de tous les rois qui ont jamais régné sur la terre. Cela est plus glorieux, il y a plus de puissance. Je voudrais plutôt être l’auteur de cet hymne que posséder la fortune de l’homme le plus riche de New-York. Celui-ci mourra. Il est mort, et ne le sait pas… Mais cet hymne se chantera jusqu’à ce que la dernière circonstance mette en lumière l’orchestre des anges, et ensuite, je pense, il montera sur quelques lèvres vers la présence de Dieu. » Georges Duffield, auteur de « Stand up, stand up for Jesus » (« Levez-vous, levez-vous pour Jésus) appela le poème de Wesley « l’hymne de tous les siècles » (« the hymn of the ages »). Personne ne saura jamais quelle aide et quelle consolation il apporta aux âmes dans l’affliction. Allan Sutherland parle de l’incident émouvant suivant : « Lors d’une journée de chaleur intense, alors que je me tenais au coin d’une rue de Philadelphie, par un jour où le soleil tapait fort, attendant une voiture pour m’emmener aux fraîches retraites du parc de Fairmount, j’entendis une voix basse et tremblotante chanter, avec une douceur indicible, « Jésus, Amant de mon âme ». Regardant en haut vers une fenêtre ouverte d’où provenait le son, je vis sur le rebord une plante à demi fanée, une pathétique oasis verte au milieu d’un désert de brique et de mortier, et sur elle reposait tendrement et avec douceur une main décharnée. Je ne pouvais pas voir la personne à laquelle appartenaient la voix et la main, mais cela n’était pas nécessaire car l’histoire me fut trop clairement révélée : je savais que dans cette chambre fermée et inconfortable, une âme humaine luttait avec la grande énigme de la vie et de la mort, et atteignait lentement mais sûrement sa délivrance ; je savais qu’en dépit de son humble condition sa vie s’en a l l a i t s e r e i n e m e n t m a i s triomphalement. Je n’oublierai jamais la grave et poignante requête pleine de supplication dans la jeune voix frêle tandis que ces paroles me parvenaient à travers l’air oppressant : D’autre refuge, je n’en ai pas ; Accroche mon âme désemparée à Toi ; Ne me laisse pas, oh ! ne me laisse pas seul, Soutiens-moi et console-moi encore! » Référence: Ernest Edwin Ryden, The Story of Our Hymns.

PROGRAMME ACTIVITÉS DISTRICT DE YOPOUGON

Mois de Septembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *