Couleur liturgique : Pourpre

A/ VOCABULAIRE ·

Pouvoir : Autorité, puissance de droit ou de fait ; aptitude légale ou conventionnelle à exercer tout ou partie des droits d’une autre personne et à agir pour son compte. ·

Fils : Enfant mâle, par rapport à son père ou à sa mère et par opposition à fille. ·

Jugement : Action de juger quelqu’un, une affaire, dans le respect des lois et règlements en vigueur. Appréciation favorable ou défavorable portée sur quelqu’un. ·

Remis (participe passé du verbe remettre) : Donné, cédé, légué.

B/INTERET.

Le Seigneur Jésus veut montrer aux juifs qu’il est bien le Fils de Dieu, son Père, qui lui a donné tout pouvoir dans le ciel, sur la terre et sous la terre. C’est par lui, pour lui et avec lui que Dieu a créé toutes choses : le monde visible et invisible.

C/ ENSEIGNEMENT

I-INTRODUCTION

A Jérusalem, Jésus vient de guérir un homme malade depuis trente-huit ans à la piscine de Bethesda (qui signifie en hébreu  » maison de miséricorde »). Cette guérison a lieu un jour de sabbat où tout travail est interdit. Or, après avoir guéri le malade, Jésus lui a dit : « Lève-toi, prends ton lit et marche.». Le fait que le malade guéri marche avec son lit en main, est considéré par les juifs comme un délit. Ils l’invectivent, et veulent le soumettre à la rigueur de la loi sabbatique. Mais l’homme qui est guéri fait retomber sur Jésus le reproche de n’avoir pas respecté le sabbat. Les juifs se lancent aux trousses de Jésus pour l’arrêter, mais ils ne le retrouvent pas. Ayant retrouvé plus tard le malade guéri dans le temple, Jésus lui dit : « Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. » Jésus explique ensuite aux juifs que, bien que son Père ait créé le monde en six jours, il est toujours actif, même le jour de sabbat. Ainsi en-est-il aussi de lui : « Mon Père agit jusqu’à présent ; moi aussi, j’agis. » Parce que Jésus a appelé Dieu son Père, les Juifs se sont enflammés de colère contre lui ; pour eux, cette affirmation est un blasphème horrible qu’il faut sanctionner par la peine de mort. C’est pourquoi, dans les versets que nous étudions aujourd’hui, Jésus s’attèle à démontrer aux juifs qu’il est bien le Fils Unique et Plénipotentiaire du Dieu vivant, le Très-Haut, le Saint d’Israël.

II- LE POUVOIR DU FILS

Dans le Temple de Jérusalem, Jésus explique aux juifs incrédules que le Fils de Dieu (qu’il est) ne fait rien sans le consentement de son Père. Toutes ses actions, toutes ses paroles sont inspirées par le Père. Il ne fait rien de lui-même, et en outre, il n’imite que son Père : il fait ce qu’il voit le Père faire, ce qui traduit son indéfectible obéissance et sa loyauté au Père. L’intimité et l’unité entre le Père et le Fils sont sans faille. Le Fils aime le père et le Père aime le Fils. Jésus annonce aux juifs qu’ils verront des oeuvres plus grandes que celles qu’ils ont vues jusqu’à présent, et qui seront pour eux des sujets d’étonnement. Car de même que Dieu ressuscite les morts et donne la vie, de même le Fils ressuscitera les morts et donnera la vie à qui il veut. Maintenant « Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. » (Jn. 5 : 22-23 ). Le Père a donné au Fils des compétences extraordinaires et plénipotentiaires. C’est pourquoi Jésus peut affirmer avec force : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. » (Math. 28 : 18). Dans l’Ancien Testament, les prophètes nous révèlent la puissance incommensurable de Dieu : « l’Eternel fait mourir et il fait vivre. Il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter. L’Eternel appauvrit et il enrichit, il abaisse et il élève. » (1 Sam 2 : 6-7). Désormais, Dieu lui-même cède cette autorité, cette puissance de feu à son Fils unique, le Lion de la tribu de Juda. Et « C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » (Phil 2 : 9- 11).

III TOUT JUGEMENT EST REMIS AU FILS

De plein gré, et en toute Souveraineté, Dieu a transmis à son Fils le droit de juger son peuple. C’est pourquoi, au jour du jugement qui interviendra à la consommation des temps, Christ seul sera notre juge. Il est notre avocat auprès de son Père pendant notre vie sur terre. Il intercède en notre faveur pour que dans sa bonté et son amour Dieu nous fasse miséricorde lorsque nous nous repentons sincèrement de nos péchés. Il sollicite en notre faveur la pertinence et la miséricorde de Dieu pour que nous changions en devenant de nouvelles créatures en qui les choses anciennes sont passées. Mais au ciel, il prendra place sur son Trône royal, au Tribunal divin, pour juger chacun selon ses oeuvres accomplies sur la terre. Son verdict tombe comme un couperet, sans appel, parce qu’il agit en tant que Dieu, et son jugement est juste et sans reproche, car « chaque matin il produit à la lumière ses jugements, sans jamais y manquer. » (Soph. 3 : 5).

IV- JESUS CHRIST, LE CREATEUR DE L’UNIVERS

Au commencement, était Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, tous réunis dans la Sainte Trinité. Le Fils était là, avec le Saint- Esprit, quand Dieu déclarait : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance … » (Genèse 1 : 26). C’est pourquoi la Bible déclare à son sujet : « Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. » (Col. 1 : 15-17). Ces passages attestent, s’il en est besoin, la divinité de JESUS-CHRIST. Autrement dit, pour ceux qui en doutent encore, JESUS-CHRIST EST DIEU. Il est à la fois Dieu, à la fois homme. Dans sa divinité, il est le créateur de l’univers. Dans son humanité, il a revêtu la condition humaine pour sauver la créature la plus parfaite de Dieu, avec pour objectif le salut du monde en perdition. Cependant, « existant en forme de Dieu, il n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » (Phil.2 : 6-8). Le sage le confirme : « Il (Dieu) n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, ni le premier atome de la poussière du monde, lorsqu’il disposa les cieux, j’étais là ….. J’étais à l’oeuvre auprès de lui, et je faisais tous les jours ses délices, jouant sans cesse en sa présence (Prov. 8 : 26 , 27, 30). Dieu est Dieu, et il l’atteste lui-même : « Avant moi il n’a point été formé de Dieu, et après moi, il n’y en aura point. C’est moi, moi qui suis l’Eternel, et hors de moi il n’y a point de sauveur. … Je le suis dès le commencement.» (Es. 43 : 10 , 11, 13). CONCLUSION Bien-aimé(e)s frères et soeurs, voici ce que nous dit le Seigneur Jésus aujourd’hui : « Heureux l’homme qui m’écoute, qui veille chaque jour à mes portes, et qui en garde les poteaux ! Car celui qui me trouve a trouvé la vie, et il obtient la faveur de l’Eternel. Mais celui qui pèche contre moi nuit à son âme ; tous ceux qui me haïssent aiment la mort.» (Prov. 8 : 34-36). Aimons donc, écoutons, veillons chaque jour aux portes du Seigneur Jésus, et vivons jusque dans l’éternité qu’il nous promet. AMEN !!!!!

A méditer : Prov. 8 :35-36 / Col. 1 : 15-16 / Jean.5 : 22-23a.

 

Préserve ton serviteur des orgueilleux

Les cieux racontent la gloire de Dieu, Et l ‘ é t e n d u e m a n i f e s t e l’oeuvre de ses mains. Le jour en instruit un autre jour, La nuit en donne connaissance à une autre nuit. Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles Dont le son ne soit point entendu: Leur retentissement parcourt toute la terre, Leurs accents vont aux extrémités du monde, Où il a dressé une tente pour le soleil. Et le soleil, semblable à un époux qui sort de sa chambre, S’élance dans la carrière avec la joie d’un héros ; Il se lève à une extrémité des cieux, Et achève sa course à l’autre extrémité : Rien ne se dérobe à sa chaleur. La loi de l’Eternel est parfaite, elle restaure l’âme ; Le témoignage de l’Eternel est véritable, il rend sage l’ignorant. Les ordonnances de l’Eternel sont droites, elles réjouissent le coeur ; Les commandements de l’Eternel sont purs, ils éclairent les yeux. La crainte de l’Eternel est pure, elle subsiste à toujours ; Les jugements de l’Eternel sont vrais, ils sont tous justes. Ils sont plus précieux que l’or, que beaucoup d’or fin ; Ils sont plus doux que le miel, que celui qui coule des rayons. Ton serviteur aussi en reçoit instruction ; Pour qui les observe la récompense est grande. Qui connaît ses égarements ? Pardonne-moi ceux que j’ignore. Préserve aussi ton serviteur des orgueilleux ; Qu’ils ne dominent point sur moi ! Alors je serai intègre, innocent de g r a n d s p é c h é s . R e ç o i s favorablem e n t l e s paroles de ma bouche Et les sentiments de mon coeur, O Eternel, mon rocher et mon libérateur ! cf. Psaume 19 :1-14

Très Rev. GNAMIEN Esaïe M’YE

Surint. du District de Yopougon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *